L’Institut Français de BioFabrication est une plate-forme ouverte et dédiée à la construction d’organes par bio-ingénierie.

L’IFBF veut mettre à disposition des experts de la biofabrication une plateforme dédiée et mutualisée avec des moyens et des outils spécifiques afin de partager les connaissances, de rassembler les expertises, de réduire les délais, d’abaisser les coûts et de réduire les charges administratives.

Interdisciplinaire, la bio-ingénierie intègre les sciences de l’ingénierie et de la biologie à la médecine, de la recherche fondamentale à l’exercice clinique.

  • Cellules souches
  • Matrices et supports biocompatibles
  • Modélisation
  • Micropatterning et bioimpression
  • Bioréacteurs

Vies sauvées, nouveaux médicaments

Les indications de greffe augmentent mais la disponibilité d’organes ne suffit plus à assurer les besoins. De nombreux patients en attente de transplantation décèdent.

La biofabrication peut pallier la pénurie d’organes.

Extrêmement coûteuse et éthiquement contestée lors des tests sur l’animal, la mise au point de nouvelles molécules est également très longue et incertaine. De mini-organes sur puce permettront de faire les tests directement sur du matériel biologique humain et de réduire les coûts et les délais.

La biofabrication favorisera la production de nouveaux médicaments.

Éthique de la Biofabrication

Un enjeu éthique plus général de la biofabrication concerne la compréhension de cette technologie par le public (…) il convient d’éviter tout malentendu : le bioingénieur ne fabrique pas la vie, il se laisse plutôt conduire par le vivant lui-même (…) le bioingénieur peut faire naître dans le public l’image d’un ingénieur animé par (…) l’hubris (…) La bioingénierie serait ainsi l’acmé de la volonté de maîtriser la nature et la vie. (…) L’enjeu éthique transversal de la biofabrication est donc énorme.

lire la suite

L'IFBF met en ligne son MOOC « Tissue and Organ Bioengineering » sur la plateforme FUN.

Le tout premier cours en ligne qui traite de la fabrication de tissus et d’organes, en collaboration avec l’Université Paris-Sud et le Département Hospitalo-Universitaire Hépatinov.